Les céramiques

Avant de vous donner quelques clés pour différencier la faïence de la porcelaine ou du biscuit, il est important de faire un petit rappel de définitions sur les différentes techniques :

La céramique est un terme générique regroupant les différents objets en terre qui ont été façonnés puis cuits à température plus ou moins élevée leur conférant une certaine dureté. Sous cette dénomination, nous allons pouvoir retrouver la poterie mate ou vernissée, la faïence, le grès, la porcelaine dure ou tendre, ainsi que le biscuit.

Céramique vient du mot grec « argile » : terre glaise malléable contenant de la silice, de l’alumine, du carbonate de calcium et divers oxydes. Cuite, elle reste poreuse et doit être rendue imperméable par glaçure mince et résistante.

  • Poterie mate (ou terre cuite) : poterie à l’état brut utilisée depuis la préhistoire, travaillée à la main, chauffée au soleil ou au feu de bois. Elle présente l’inconvénient d’être poreuse.

    poterie-terre-cuite
    Terre cuite
  • Poterie vernissée : devient imperméable grâce à son vernis transparent à base de plomb (teinte jaunâtre).

    terre cuite vernissée
    Terre cuite vernissée
  • Faïence : se différencie de la poterie vernissée par l’enduit qui recouvre la pièce. Issue du monde hispano-mauresque (empruntée aux Persans), elle est fabriquée en Europe occidentale à partir du début du XVème siècle. La pâte est formée d’argile à laquelle on peut ajouter de la marne ou du sable. Après lavage et une 1ère cuisson, elle devient blanchâtre. La fixation de l’émail à base d’étain se fait au cours de la 2ème cuisson. Après la pose du décor et des couleurs (à base d’oxydes métalliques), une 3ème cuisson permet la fusion des couleurs dans l’émail (technique de décor à petit feu). Le décor à grand feu se réalise quant à lui directement sur l’émail cru ; il ne nécessitera donc seulement 2 cuissons.

    Faience
    Faïence
  • Grés : céramiques fabriquées en Europe dès le XVème siècle, à pâte fine imperméable, opaque, dure et sonore. Ils diffèrent de la poterie traditionnelle par l’introduction de silex ou de sable dans l’argile et par la cuisson à température élevée (1200° à 1400°), ce qui mène à la limite de la fusion entrainant un début de vitrification.

    grés
    Grés
  • Porcelaine dure : céramique connue en Chine depuis longtemps dont le secret a été découvert au XVIIIème siècle en Europe. Elle résulte de la vitrification à une température de 1400° du kaolin, une argile blanche additionnée à du feldspath. Cette porcelaine dure est blanche, translucide et sa surface vitrifiée est très dure et résistante à la rayure d’une pointe d’acier.

    porcelaine dure
    Porcelaine dure
  • Porcelaine à pâte tendre : Tentative d’imitation de la porcelaine chinoise. Les premiers ateliers sont à Florence mais le résultat de cette porcelaine artificielle, translucide (mais épaisse), a une glaçure rayable à l’acier. La pate n’est pas assez malléable pour être tournée, les pièces doivent être moulées.

    porcelaine-tendre
    Porcelaine pâte tendre
  • Biscuit : Le Biscuit de porcelaine, obtenu par une cuisson complète, est fabriqué avec des pâtes de 1er choix donnant à l’objet façonné l’apparence du marbre blanc. Il n’est en général pas recouvert d’émail (ex : le biscuit de Sèvres). Il peut par conséquent se graisser, se tacher, se salir.

    biscuit
    Biscuit

Photo : Vase François, vers 570 av J.C, Musée Archéologique de Florence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s